Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Au cours de l’année 2012, comme les années antérieures, le CASAM a dispensé des cours de français de différents niveaux aux demandeurs d’asile qui le souhaitent, à la Maison des Associations rue de Coëtlosquet le mardi matin et au siège de l’association à Borny le mercredi matin.

 

Rappelons tout d’abord la brillante réussite à la session du printemps dernier des candidats qui se sont présentés au DELF (Diplôme d’Enseignement de la Langue Française) puisque sur les 17 candidats...17 ont été reçus ! Et cela à divers niveaux, du niveau A1 au niveau B2.

 

Après une période de rentrée au début de l’automne assez difficile, car il a fallu s’adapter aux péripéties de l’accueil des demandeurs d’asile dans l’agglomération messine, la fréquentation des cours s’est à peu près stabilisée. Elle est désormais forte sur nos deux lieux d’enseignement, voire parfois très forte par rapport à nos capacités « logistiques ».

 

Quelques chiffres pour illustrer cela à titre indicatif :

  • depuis la mi-novembre 103 demandeurs d’asile ont suivi au moins un cours,

  • cela représente au total 463 séances de 2 heures, soit 926 heures de cours dispensées, dont les 530 depuis le début 2013.

 

Par rapport au bilan qui avait été fait à l’occasion de l’Assemblée Générale 2012, on constate donc avec satisfaction un renforcement de la participation. Celle-ci demeure encore inévitablement quelque peu fluctuante mais nous avons un fonds d’apprenants suivant régulièrement nos cours auquel s’ajoutent des personnes dont la situation instable ne permet pas toujours ce suivi régulier.

 

On peut signaler enfin une petite difficulté pour les enseignants à constituer des groupes relativement homogènes, les apprenants ayant tendance à se regrouper par affinités, par origine plutôt que par niveaux. Dans leur intérêt toutefois nous avons organisé début mars une séance de tests pour les encourager à se situer chacun dans le groupe qui leur sera le plus profitable... Nous espérons qu’ils l’ont bien compris.

 

En conclusion on constate que le besoin d’apprentissage du français est de plus en plus ressenti par les demandeurs d’asile et que nous devons nous efforcer de mieux en mieux à y répondre.

François LEVY

 

 

RA 2012 : Appui juridique

Partager cette page

Repost 0
Published by