Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:41

 

Vendredi 3 février une délégation du CASAM composée de Georges Jacquot, président, Monique Offroy, vice-présidente et Annie Charbonnier a été reçue par M. Christian de Lavernée, Préfet de la Région Lorraine et du département de la Moselle, accompagné par M. du Cray, Secrétaire général, et Madame Melchior chef de service Séjour et intégration.

 

Le Président du Casam a axé son intervention sur trois points:

  • Historique et compétences du CASAM

  • Situation internationale, insistant sur le fait que s'il n'y avait plus de guerres au sens premier du terme de nombreux conflits régionaux et indépendantistes existaient toujours et que de nombreuses minorités étaient toujours brimées et persécutées de par le monde

  • Sur les problèmes locaux rencontrés par les demandeurs d'asile (accueil en préfecture, réponses imprécises ou partiellement erronées, difficultés pour recevoir leur courrier du fait des complications liées à l'absence de domiciliation).

 

Le Préfet a été très attentif aux arguments que nous avons avancés même s'il en a contesté quelques-uns notamment sur l'accueil et les réponses des préposés aux demandeurs d'asile.

Sur la domiciliation il a été très ferme et n'envisage pas de nous redonner l'agrément.

Il a également rendu hommage à notre travail, admettant que notre action était menée dans le respect de la loi et des valeurs républicaines.

 

Sur la situation des <ni-ni>, c'est le Préfet qui a employé en premier le terme, nous avons eu l'impression d'une ouverture sur ces cas très épineux et difficiles. Un point d'accord également sur la durée des procédures qui compliquent la situation des demandeurs d'asile comme celle de l'Administration.

 

Enfin il a évoqué la possibilité de traiter des cas sensibles directement avec ses services afin que des solutions puissent être trouvées.

 

Une entrevue qui n'a donc pas répondu à toutes nos attentes mais qui laisse la porte ouverte au dialogue.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche

Nos partenaires

 

Nos partenairesNos partenairesFondation de France