Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 07:38

Des pistes à creuser

Le Casam est de plus en plus présent sur le terrain (conférences, débats, expositions, manifestations associatives) ce qui prouve que ses compétences sur la demande d’asile et son action en faveur des demandeurs sont reconnues.
Pourtant  l’immigration est revenue au centre du débat et suscite de nouvelles polémiques –prochaines élections obligent- souvent alimentées par des informations fausses, erronées ou interprétées.
C’est dans ce contexte général plutôt inquiétant que Georges Jacquot et Monique Offroy ont représenté le Casam à l’assemblée générale du Casas (équivalent du Casam sur  Strasbourg et le Bas-Rhin). Nos collègues alsaciens sont aujourd’hui dans l’expectative. Le nouveau mode d’attribution des subventions d’état (déterminé par note interne au début de 2010) et la régionalisation ne les avaient pas concernés en 2010. Ils avaient continué à fonctionner comme par le passé. Pour 2011 ils ne savent toujours pas comment ça va se passer ni de quoi demain sera fait et leurs interrogations sont nombreuses.
Pourtant le Casas est dynamique :
animé par des salariés il compte également une solide équipe de bénévoles
il gère un budget bien plus élevé que le nôtre
il a enregistré 13000 passages dans ses locaux soit une augmentation de 75% par rapport à l’année précédente.
Malgré ces différences  de taille et de budget l’assemblée générale du Casas nous a donné des idées sur des pistes à creuser qu’il conviendra de soumettre aux autorités compétentes :
un tarif de transport pour l’agglomération strasbourgeoise de 4,40 par mois pour les demandeurs d’asile
l’obtention de l’ATA (Allocation temporaire d’attente) pour les demandeurs d’asile faisant l’objet d’une procédure prioritaire.
Par ailleurs, et devant la dégradation de la situation de l’hébergement des demandeurs d’asile, le Casas a lancé un appel à la solidarité après des particuliers et des paroisses. Une quarantaine de réponses ont été reçues et certaines très concrètes puisqu’une paroisse a mis un studio à disposition pour réfugié en phase d’insertion et une autre une chambre pour hébergement d’urgence.
Ce sont là des initiatives que nous devons avoir présentes à  l’esprit, étudier comment adapter  ces pistes à la Moselle et à Metz alors que nous allons entreprendre une réflexion sur les possibilités de lutter contre l’impression d’inutilité des demandeurs d’asile  compte-tenu du fait qu’ils n’ont pas droit au travail et ainsi leur donner un sentiment de mieux-être. Notre prochain conseil d’administration va examiner ces orientations possibles. Beau programme en perspective.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche

Nos partenaires

 

Nos partenairesNos partenairesFondation de France